Des tests menés pour le compte du SNEP sur l’efficacité des solutions de filtrage du trafic P2P se révèlent peu probants. Certains protocoles P2P échappent à toute détection. Et le cryptage se révèle capable de réduire à néant tous les efforts entrepris.

Le Syndicat national de l’édition phonographique (SNEP) se garde bien, alors que le projet de loi Olivennes pour lutter contre le piratage en ligne ne va pas tarder à revenir sous les feux de la rampe, de publier les résultats des tests qu’il a fait mener, entre avril et octobre 2007, sur les solutions techniques disponibles sur le marché pour filtrer le trafic P2P à grande échelle, au niveau des infrastructures des fournisseurs d’accès. Car ce ne fut pas à proprement parler une réussite.

L’article complet sur Electronlibre

Ce test mets en avant les possibilités technique qui existe maintenant pour faire disparaitre sa visibilité sur Internet :

– Utilisation de iMesh, WinMX ou Soulseek

– Utilisation de Freenet

– Cryptage SSL sur les newsgroup

Soyez prudent !

Partagez avec vos amis :
Suivez l'actualité de ce blog par flux RSS ou par mail en vous abonnant à la newsletter